SucreBen: célibat choisi VS célibat subi

SucreBen: célibat choisi VS célibat subi

banner-1 (1)

Je demandais dernièrement à ma sugar baby la question suivante: « mais pourquoi restez-vous célibataires aujourd’hui les filles, vous avez tous ce qu’un homme peut désirer et puis surtout vous avez le choix des partenaires avec tous ces sites de rencontres qui fleurissent sur le web? ». Cette dernière m’avouait : « oui c’est bien justement parce que nous avons le choix que nous ne décidons finalement de ne plus en faire, à qui se fier? Qui va vraiment répondre à nos attentes au lieu de prétendre le faire et se défiler au moindre imprévu, nous ne faisons plus confiance aux belles paroles vides d’implication et puis surtout nous avons l’impression que les hommes ne sont plus déterminés pour rencontrer des filles pour du sérieux, ils nous apparaissent ou trop timides ou alors irrespectueux , en font trop et se montrent agressifs lorsque nous ne répondons pas à leurs avances ».

Cette remarque ouvra un gouffre soudain devant moi tant elle s’opposait à ma vision du célibat des hommes. L’équation me paraissait insoluble , c’était comme si nous hommes et femmes nous n’étions plus que les instruments voulus d’une société devenue schizophrène, éberlués par les images de bonheur et de réussite transportées par les médias mais incapables de faire la part des choses et de se retrouver nous-mêmes en tant que personnes vivant dans l’instant présent, connectés à nos émotions et notre désir de partager ensemble ce qui nous rassemble, ce que peut nous offrir de mieux notre vie de tous les jours.

Bien sûr il y avait la blessure de l’égo et le fait de se dire qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné. L’ego alimenté par l’individualisme de la société, valorisé par le culte du moi. Mais était-ce suffisant?, ne pouvions-nous pas passer au-dessus de ça? Vraisemblablement le charme d’une rencontre dans un mode de séduction et de passion restait la seule alternative viable pour les femmes, mais pas toujours possible cependant parce que peu de partenaires hommes pouvaient vraiment comprendre cette logique ».

Je compatissais en écoutant ma sugar baby tout en gardant de l’empathie envers la partie adverse. Combien de discussions sur ce sujet avais-je eu avec mes copains et leurs réponses avaient été sans équivoques : « Les femmes ne savent plus ce qu’elles veulent, elles sont trop exigeantes » avais-je entendu souvent, ou alors « j’ai bien fait l’effort de l’approcher mais je n’ai plus eu de nouvelles, je ne pense pas correspondre à ses critères, je ne suis pas assez friqué, je n’ai pas non plus le physique de ce gars , tu vois le beau gosse d’à côté qui fréquente ce club, ça marche bien pour lui ». Bref, l’explication était bien différente pour les hommes mais pour le même résultat au final : « le célibat ».

Ma sugar baby me regarda ensuite et me lança : « et toi comment tu te positionnes dans tous cela? ».  je me suis alors senti à part, un peu comme le spectateur sur son balcon qui observe les places se remplir au parterre d’une salle où se joue une pièce de théâtre qui ne le concerne plus. J’en avais fini de subir à mon âge, j’étais un daddy et j’avais fait le choix d’être seul, ou du moins pas en couple selon la formule consacrée. Je me sentais serein et enfin en accord avec la sensibilité féminine, un peu dans la séduction par mon envie de plaire, un peu dans la protection sans heurter pour autant l’indépendance de l’autre, dans la vérité enfin en étant délesté du poids de l’incompréhension et des préjugés. Je lui répondis alors tout simplement et en éclatant de rire: « je me sens heureux tel que je suis, je me sens bien avec toi ça me suffit, oublions les questions sans réponses s’il te plait ».

-SucreBen

 

Vous pouvez toujours écrire à SucreBen à Sucre.Ben@yahoo.com

N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook.

blog banner fra copyblog banner bel copy